La rougeole, maladie supprimée par la vaccination, aujourd'hui de retour
Sujets de société

Un nouveau suicide

Cet article ne sert strictement à rien : essayer de convaincre quelqu’un par la raison alors qu’il est émotivement convaincu est une gageure. Et pour cause, certaines de nos convictions sont basées sur la foi, le croire. Il en est de même pour les tenants des différentes théories du complot. La terre est ronde, c’est scientifiquement démontré. L’efficacité des vaccins l’est aussi. Idem à propos de la dangerosité de la covid. Mais alors pourquoi ces mouvements de résistance ? Pourquoi cette méfiance ? Pour deux raisons majeures : le doute scientifique et le doute instillé. Une vérité scientifique s’accompagne toujours d’une part de doute liée à l’incertitude de ce que l’on ne connait pas encore. Et ce doute est mis a profit par les semeurs de doute pour démontrer que tout n’a pas été expliqué, ou du moins correctement ou a même été caché. L’incertitude scientifique d’aujourd’hui devrait assoir la crédibilité de son message, mais pour les complotistes c’est le contraire. Tout ne doit être que noir ou blanc. Terreau fertile s’il en est pour les semeurs de doute.

Et si l’on prenait le sujet par l’autre bout de la lorgnette ? Si l’on comptait les dégâts engendrés par ces croyances ? Car des dégâts, il y en a. Non pas tant chez les platistes, mais certainement chez les antivaccins. Les chiffres que je vais citer sont sujet à caution car ils sont fournis par des institutions pro-vaccins et relèvent d’estimations de spécialistes. Mais ils nous permettent malgré tout de constater un phénomène plutôt inconnu : les théories du complot ne sont pas gratuites. Ces chiffres les voici : rien que pour la rougeole on a constaté en 2019 entre 40 et 70 encéphalites et 15 à 40 décès dus à l’absence de vaccination. Ce n’est pas encore aussi efficace qu’Exit en termes de suicides assistés, mais c’est déjà un bon début.

Parce que les antivaccins ne sont pas les seuls partisans d’une théorie du complot, le constat devient alarmant. Que certains immigrants désespérés tentent quand même la traversée, c’est en théorie défendable. Seulement voilà certains immigrés refoulés ou déçus par notre système s’en sont retourné dans leur pays. Là-bas ils font un travail de fond pour prévenir les candidats des dangers et déceptions qui les attendent ici. En pure perte et pourtant, vivoter ici est de loin plus ardu que de mourir là-bas.

Tout ceci nous mène à un triste constat, à savoir que l’être humain est fondamentalement individualiste. Il sait tout mieux et il saura éviter les pièges, lui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désolé, je suis senior

1 novembre 2020

Prosélytisme vs témoignage

14 novembre 2020