Commentaires bibliques

Que Dieu bénisse l’Amérique

M’est avis que, dans une religion, soit on prend tout, soit on ne prend rien. Ne disséquer que les arguments, dans les écritures ou ailleurs, qui correspondent à nos valeurs, revient à se faire son propre dieu. Par exemple, ne défendre que les vies enlevées lors d’avortement et continuer à appliquer la peine de mort comme « punition » relève de l’hypocrisie la plus crasse. Ne jurer que par la liturgie latine, alors que la totalité des textes canoniques ont été conçus soit en grec soit en hébreu, prouve une ignorance qui l’est, elle aussi (crasse).

Mais qu’en est-il de l’identité nationale ou communautaire ? Faut-il s’en réjouir, s’en enorgueillir ou bien s’en éloigner ? Les chants des patriotes, les cantiques, les hymnes sont de si belle facture pour la plupart … Ne serait-ce pas un signe ? Je crois que la réponse se trouve dans la lecture de ce dimanche (cf. Mc 6). Dans ce texte, les douze sont envoyés aux extrémités de la terre pour porter la bonne nouvelle. Ou plutôt, transmettre la paix. Rien de plus. Pas de comptes à rendre sur le nombre de convertis. Pas de paix perdue si l’hôte ne peut pas, ou ne veut pas, la recevoir[1]. Pas de conciliabule interminable afin de convaincre, non plus[2]. Tout sauf du prosélytisme.

Et c’est pourtant ce que je fais quand je clame haut et fort que Dieu bénisse ma patrie. Vous, les autres, êtes dans l’erreur. Dieu ne pouvant nous sauver tous, car il y a du mal en ce monde, qu’Il commence par nous. De même, dans les beaux jours du colonialisme, on se faisait un devoir de convertir un maximum de « sauvages ». Encore aujourd’hui d’ailleurs : dans certaines contrées vous aurez droit au creusement d’un puits si vous bâtissez un temple dans le village. Trop caricatural ? A peine. Alors que ce texte nous invite à témoigner, rien de plus, nous continuons parfois un prosélytisme forcené.

Et le respect à la terre qui m’a nourri, aux gens qui m’ont aidé, aux parents qui m’ont élevé, que dois-je en faire alors ? Eh bien c’était tout simplement leur témoignage. Un superbe engagement, un dévouement sans limites, un don sans espoir de retour. Est-ce que ces graines sont tombées au bord du chemin, dans les ronces ou bien avons-nous été une bonne terre (cf. Mt 13). Si ce fut le cas, alors à nous de témoigner à notre tour, mais rien de plus. Nous semons la graine, nous ne la faisons pas pousser. Par respect pour Dieu et pour l’autre.

Quant au respect de la terre qui nous a été confié, Matthieu (cf.Mt 10:9-10) et Marc (cf.Mc 6 :8) nous disent la même chose : n’emportez rien de superflu …


[1] Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous (Mt 10 :13)

[2] Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage (Mc 6 :11)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Une écologie humaine

19 juin 2021

Oui, mais …

24 juillet 2021