Eglise locale

Il faut que ça grince

Sur la TSR, l’heure du journal. Le pasteur Emmanuel Fuchs s’avance sur le plateau présidé par le présentateur vedette. Le débat d’aujourd’hui concerne la messe catholique qui sera peut-être célébrée un jour en la cathédrale de Saint-Pierre. Et c’est parti … Les deux questions principales, pour autant que je m’en souvienne, ont été : qu’en est-il de l’invitation eucharistique et que pensent les protestants de Genève de cette initiative. Non pas de savoir comment la communauté catholique a accueilli ce geste d’ouverture. Non pas de se renseigner sur le quand et le comment de cette messe. Mais plutôt de soulever les sujets qui, si l’on appuie assez fort, ont de tout temps divisé. Il fallait que cela grince, il fallait faire mal. D’ailleurs la presse écrite s’est également largement faite l’écho de cette soi-disant maladresse. Dans les mêmes termes rageurs.

Vous l’avez certainement déjà remarqué, cette actualité n’est pas la seule à être traitée par son aspect négatif. Il en va de même pour toutes les informations dont nous connaissons peu ou prou la teneur. Eh oui, quand on nous parle de Japon, c’est un peu moins flagrant, ne connaissant pour ma part que très peu le sujet. Alors déformation, emballage pour faire vendre ? Oui mais non. Déformation car le débat a effectivement eu lieu dans les communautés respectives, mais là n’était pas l’essentiel. Emballage pour nous intéresser, oui un peu. Une nouvelle de couleur noire nous intéresse beaucoup plus qu’une information couleur claire. J’exagère ? Comparez les taux d’audience d’un crash aérien avec la naissance du Christ …

Et si vous avez le courage de vos opinions positives, rendez-vous sur le site des bonnes nouvelles en anglais The Good News Movement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Liturgie du fanatisme

20 janvier 2020

Il souffle où il veut

12 mars 2020