Je sais tout sur tout …

23 mai 2024 | Commentaires bibliques | Aucun commentaire

Mis à jour le
28 mai 2024
Temps de lecture estimé
2 minutes

En science des religions, comme dans toutes les sciences aujourd’hui, nous faisons face à nos limites en termes de savoir. Et pour cause : nonante-cinq pour cent des composants de l’univers nous sont inconnus. Entre autres, la fameuse matière noire dont on soupçonne l’existence, sans plus d’explications plausibles, en tout cas aujourd’hui. Et les scientifiques d’approuver de plus en plus cette marge de progression. Fini l’impérialisme du savoir des années soixante qui nous promettait, demain, de tout expliquer. La connaissance a repris sa place, en toute humilité, celle qu’elle aurait dû toujours avoir, parsemée de doutes, prompte à se remettre en question.

La connaissance a repris sa place, en toute humilité, celle qu’elle aurait dû toujours avoir, parsemée de doutes, prompte à se remettre en question.

Quoique … Et si ces dérives scientistes s’était habillées de manière plus subtile ? Et si nous, laïcs, étions pris dans une forme de raison tout aussi absolue ? Et si nous, humanistes, avions pris la relève de ces raisonneurs ? Au point de débattre du sexe des anges, de leur hiérarchie et de leur vêtement… Nous savons maintenant tout sur tout. Tout doit avoir une explication rationnelle. Alors que, souvent, la vérification ne sera pas possible car il s’agira essentiellement d’interprétations : sur les mêmes textes sacrés, Satan et Jésus obtiennent deux interprétations totalement contraires (Mt 4 :1-11, Lc 4 :1-13). Et ces différences d’interprétation se poursuivent jusqu’à maintenant : théologie de la prospérité contre une théologie plus … sociale. Argent contre Vie … Aisance contre bonheur …

Toute croyance serait donc à proscrire ? Toute vérité serait bonne à questionner ? Nous faisons depuis toujours le grand écart entre les certitudes qui nous rassurent et les doutes qui nous font progresser. Avec, comme béquille, une superbe clé de lecture qui fonde notre foi : aime ton prochain comme toi-même, tout un programme… Chaque action qui irait à l’encontre de ce commandement devra être questionnée. Et avec le plus grand discernement : Satan essaiera toujours de nous faire prendre un mal pour un bien. C’est compliqué, mais à la portée de notre bon sens.

Mais ce n’est pas tout : notre espérance est aussi ailleurs. Dans le mystère, dans l’autre révélation de cette incarnation. La résurrection, la Trinité, le Royaume, la virginité de Marie, etc. resteront encore longtemps insaisissables. Vouloir gloser sur celles-ci, ce serait à nouveau « fabriquer » un Dieu à notre image, et ce n’est pas le bon combat.

Ceci pourrait également vous intéresser

Joseph le Charpentier

Joseph le Charpentier

Joseph serait le premier artisan de notre ère chrétienne. Mais avec quelle histoire et pour quelles conséquences ?
Joseph le Rassembleur

Joseph le Rassembleur

Plongée dans l'histoire de Joseph par à l'aide de l'étymologie, une piste de réflexion intéressante en cette année qui lui est dédiée par le pape François

Aucun commentaire

Envoyer le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires Bibliques

Comment faire sans spiritualité ? Je me répète peut-être, mais c’est une des sources de richesse de notre humanité. Donc la base des valeurs qui sont défendues tout au long de ces billets. Vous trouverez dans la catégorie commentaires bibliques des pistes de réflexion inspirées de lectures, homélies, conférences piquées ici et là. Attention : ce ne sont que des pistes, pas des vérités. N’étant pas théologien, je n’ai donc aucune prétention ici.

© 2023 Un Drôle de Catho

Crédits

Images : digitalblasphemy

Construction : Divi

CMS : WordPress

Hébergement : Infomaniak

Modèles :  diviplugins / peeayecreatives