À propos de

Fidèle paroissien de Genève pendant de nombreuses années, j’avais décidé de m’engager. A un tournant de ma vie, ayant « terminé » ma carrière professionnelle pour raison de grand âge, j’ai décidé de tourner cette page et de me consacrer à des activités, disons, un peu plus spirituelles. J’ai donc pris la responsabilité d’un conseil de communauté ici, d’une sacristie là. Je dois dire que j’y ai pris beaucoup de plaisir et trouvé la possibilité d’approfondir ma spiritualité.

Mais les temps changent. Et c’est une illusion que de croire que les « paroissiens » laïcs ou cléricaux sont des exemples de chrétienté. Pour certains, cela s’est avéré vrai, pour d’autre un peu moins. Ce n’est pas tant le fait que ces « paroissiens » soient humains qui me gêne, mais le fait que l’Église prétend être plus. On ne peut pas à la fois prôner la charité et se comporter comme le dernier des radins. Et de ces écarts on peut en citer d’autres comme la lâcheté, la haine … J’ai donc décidé de quitter ce milieu, en tout cas en partie.

Dans la « longue » liste de mes activités, j’ai reçu la mission d’animer une revue paroissienne, qui m’a fait découvrir un don. Celui de l’écrit. J’y prend le plus grand plaisir et y consacre une bonne partie de mon activité de retraité. Voilà la genèse de ce blog, qui me permet de m’exprimer malgré tout et, je l’espère, de vous guider dans vos réflexions. Je me dois au passage de remercier la société Saint-Augustin, éditeur de la revue paroissiale l’Essentiel, d’avoir bien voulu publier un certain nombre d’articles également présents sur ce site.

Évidemment ce n’est un don que s’il est reconnu et partagé. Au cas où vous ne l’auriez pas avalisé, j’aurais juste fait preuve d’un peu de prétention …